[Retour d'expérience] Alternative au désherbage par paillage ou enherbement

Le paillage de laine ou l'enherbement permanent avec le sedum comme alternatives au désherbage chimique, autre que par piochage.

Contexte de la mise en œuvre :

  • Nom de l'agriculteur : Olivier Clape.
  • Département : Ardèche (07).
  • SAU : Total: 8,9 ha. Vigne: 8,9 ha. Système de culture DEPHY: 8,9 ha.
  • Main d'œuvre : 5 UTH permanents + 3 UTH saisonniers.
  • Types de vins / Cépages :
  • Appellations :
    • AOC St-Péray (10%).
    • Cornas (62%).
    • Côtes du Rhône et Vins de France (28%).
  • Objectifs de rendement :
    • AOC locales : 38-40 hl/ha.
    • Côtes du Rhône & Vin de France : 40-45 hl/ha mais rarement atteints.
  • Circuit commercial : Cave particulière.
  • Autres ateliers : Non.
  • Mode de conduite :
    • Taille gobelet sur échalas majoritaire.
    • Densité / écartement : 1,10*1,10 m en coteau, en plaine 2,40*1m.
    • Type de sol : granitique (85%), profondeur de 50 à 150 cm en pente parfois supérieur à 30%.
    • Travail du sol au treuil ou à la pioche.
    • Parcellaire plutôt dispersé dans un faible rayon.
    • Le paillage et l’enherbement sont réservés à de petites surfaces difficilement travaillables (ou uniquement à la pioche). Cela concerne certaines terrasses de 3 parcelles différentes.

Origine de la pratique

Depuis quelques années les pratiques du domaine avaient évolué vers de moins en moins de désherbage chimique. Il restait toutefois certaines parties difficilement accessibles notamment en désherbage mécanique (utilisation de la pioche uniquement). D’où le choix de s’orienter vers des techniques innovantes et locales.

Objectifs

L’objectif du viticulteur en mettant en place ce paillage de laine ou cet enherbement permanent est de pouvoir se passer soit de désherbage chimique soit de travail du sol à la pioche dans ces coins difficilement accessibles par les autres alternatives.

Ses attentes sont également, pour la partie réalisée au paillage, un meilleur comportement hydrique en limitant l’évaporation du sol et en conservant l’humidité après une pluie.

Concernant le paillage, le souhait est que cela perdure au minimum 3 ans sans trop se dégrader. Pour l’enherbement le maximum de temps sera le mieux tant que cela n’est pas trop concurrentiel pour la vigne.

Description de la pratique

Mise en place d'un paillage de laine issu d’une entreprise locale qui se sert de ses déchets pour réaliser ce paillage.

    • Le paillage se présente sous forme de rouleau d’1,20 m de largeur avec ou sans préparation de sol à la pioche, installé par de grandes agrafes.
    • Installé en mars 2019.
    • Coût matériaux + mise en place entre 80 000 et 100 000 €/ha.

Précision sur cette fourchette de prix qui comprend la main d'œuvre pour la pause : elle est une extrapolation du coût de l'essai qui a été réalisé sur une toute petite surface et en couverture intégrale. En général, le paillage est posé uniquement sous le rang, ce qui permet de diminuer les coûts. Une autre référence de fournisseur est Sotextho où le coût est d'environ 1,80€/m². Ce genre de paillage a une durée de vie de 3-4 ans, si on ne roule et ne marche pas dessus. Il existe également des paillages à base de jute et chanvre (feutre Thorenap). Compter une épaisseur de 1400g/m² pour avoir une résistance équivalente à une épaisseur de 500g/m² de laine. Avec ce paillage, on se situe autour de 13000-14000€/ha (1€/m² sans compter la pause) en intégral pour une durée de vie 3-4 ans.

  • Mise en place d’un enherbement permanent de sedum, petite plante grasse que l’on trouve naturellement sur nos rochers, peu concurrentielle et peu poussante.
    • Semis réalisé en automne 2019 à la volée de fragments de sedum récupérés aux abords de la parcelle.

Étapes de mise en place

  • Sedum : C’est une petite plante grasse, il faut donc avoir un sol adapté au sedum, assez pauvre sinon il se fera coloniser par les autres espèces. Le mieux est d’en trouver aux abords des parcelles et de se faire son propre semis en faisant une multitude de petits fragments qui seront ensuite semés sur sols travaillés préalablement, à l’automne, à raison de 200 à 300 g/m². Souvent il gagne rapidement le terrain par stolons.
  • Paillage de laine : Nous ne sommes qu’au début du test sur cette pratique. A ce jour, l’important est de mettre le sol propre avant la pose et de bien faire recouvrir les deux bandes, mettre assez d’agrafes afin que même avec le temps les deux bandes ne s’éloignent pas pour laisser passer quelques adventices.

Lire la suite de l’article sur le site Triple Performance