Viande bovine – Le commerce s’anime dans les jeunes bovins.

Bovins de boucherie  - L’offre en direction des abattoirs est suffisante pour les besoins exprimés en cette période où la priorité est donnée aux achats de Noël. La demande est normale sans plus dans les femelles haut de gamme ou de qualité bouchère, avec de nombreux animaux présentés sur les différents concours de cette semaine. Les tarifs se maintiennent dans les bonnes femelles Blondes d’Aquitaine, Limousines, Parthenaises, Aubracs ou Charolaises de qualité bouchère.  La tendance est également au maintien des prix dans les génisses et les vaches Charolaises correctement finies. La pression reste marquée dans les animaux d’entrée de gamme avec des éleveurs qui se séparent des animaux qu’ils ne veulent pas hiverner.

Réformes laitières – Les disponibilités restent suffisantes pour les unités de transformation. Des stocks en vif ont été reconstitués pour permettre de repousser l’inversion de tendance quand les volumes vont décrocher. Le marché des réformes laitières reste marqué par la forte concurrence de l’import, même si les écarts de valorisation s’amenuisent.  La tendance reste baissière sur l’ensemble des vaches Prim’Holsteins, Normandes, Abondances ou Montbéliardes. Les animaux maigres restent malmenés face à une demande qui évolue dans le steak haché du 5% vers le 15% de gras.

Jeunes bovins – Le marché du jeune bovin a besoin de l’export qui représente plus de 50% de la production des JB de race à viande. L’Italie, l’Allemagne et la Grèce restent nos principaux clients chacun pour une gamme de produits ciblée. C’est souvent l’équilibre entre ces différents débouchés rémunérateurs qui assure la progression des prix français sur un marché toujours très concurrentiel avec l’Espagne. Cette semaine est dédiée aux grosses expéditions vers le marché italien pour les fêtes de fin d’année. On observe également que l’Italie qui avait anticipé des mises en place de JB pour cette période relève ses prix à des niveaux jamais atteints. Mais face à la concurrence espagnole, les prix des jeunes bovins sont sans grande évolution sur notre territoire.

Avis d’expert :

Bovins de races à viande : Le commerce sera calme, mais les tarifs devraient se maintenir dans les bonnes femelles de qualité bouchère, ainsi que pour Charolaises correctement finies.

Bovins de races laitières : Le recul de l’offre devrait permettre une stabilisation des prix dans les laitières. 

Jeunes bovins La demande restera soutenue avec les expéditions sur l’Italie pour les fêtes de fin d’année. Les tarifs seront plus fermes.

Cliquer ici pour retrouver tous vos cours sur le bétail vif