anonymous

Conjuguer coût de production, EBE et point d’équilibre

EXPERT COMPTABLE

Conjuguer coût de production, EBE et point d’équilibre

Le rapprochement de la technique et de l’économique par une analyse croisée conditionne la réussite des exploitations laitières. Explications.

Le coût de production est un repère majeur pour le producteur de lait. Poste par poste, il indique les dépenses liées à la production de 1000 litres de lait. Les charges proportionnelles et de structure propres à une activité sont ainsi isolées. Il analyse alors la part et l’importance de chaque poste qui compose le coût de production et effectue une comparaison aux normes de référence et à l’historique de l’exploitation. Régulièrement mis à jour, ce critère détermine des leviers d’optimisation en tenant compte des contraintes et orientations techniques de l’exploitation.

Mesure de la performance économique

L’Excédent brut d’exploitation (EBE) constitue le deuxième repère clé pour le producteur. Ce critère de trésorerie définit la ressource de l’ exploitation. Il doit à la fois assurer le remboursement des annuités d’emprunts et satisfaire aux besoins privés. Le solde constitue l’autofinancement disponible. Il pourra être utilisé pour de nouveaux investissements ou, à défaut, consolider la structure financière de l’exploitation. L’EBE a l’avantage d’être indépendant de la structure d’exploitation (JA, endettement élevé…) : les produits et les charges sont compris à l’exception des intérêts d’emprunts et des amortissements.

78 €/1000 litres

En croisant EBE et coût de production, il est possible d’évaluer les éléments techniques liés à l’amélioration du niveau économique. D’après une étude Xpertia, l’écart d’efficacité sur l’EBE en lait est de 78 €/1 000 l. Pour améliorer la rentabilité, les éleveurs doivent travailler 4 postes en priorité : la valorisation des produits (9 €/1 000 litres d’écart), les fourrages et concentrés (16 €/1 000 litres d’écart), le coût de renouvellement (11 €/1 000 litres d’écart) et les charges de mécanisation (13 €/1 000 litres d’écart).

Prévoir sa trésorerie

Le point d’équilibre est certainement l’outil d’analyse le plus performant car il synthétise rentabilité et trésorerie. Il est un instrument essentiel pour mesurer la résistance de l’exploitation par rapport au prix du lait. Il représente le seuil à partir duquel l’exploitation dégage de la trésorerie ou en perd. Il est donc primordial de réaliser une simulation économique qui aboutira au calcul de ce point d’équilibre (cf. exemple). L’avantage de ce calcul simple est de le comparer au prix de vente prévisionnel afin d’anticiper d’éventuelles difficultés de trésorerie.

Tableau 1 : Calcul de l’objectif d’EBE

 + Annuités des emprunts et frais financiers 25 000 €
 + Besoins privés de la famille + 40 000 €
 + Besoins en autofinancement +   5 000 €
         = Objectif d’EBE 70 000 €

Tableau 2 : Calcul du point d’équilibre

Objectif d’EBE 70 000 €
 + Charges de structure de l’exploitation (hors amortissements et frais financiers) + 60 000 €
 + Charges proportionnelles des activités :  
                   Lait + 64 000 €
                   Cultures (15 ha x 500 €) +   7 500 €
         = Chiffre d’affaire d’équilibre de l’exploitation 201 500 €
Il faut ensuite déduire les recettes autres que celles issues de la vente de lait.
Chiffre d’affaire d’équilibre de l’exploitation 201 500 €
  - Recettes autres que vente de lait :  
                  Produit viande et élevage - 24 000 €
                  Produit culture de vente - 18 000 €
                  DPB et produits divers - 26 000 €
         = Objectif « vente de lait » 133 500 €
Soit : 133 500 € / 400 000 litres = 334 € / 1000 litres

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires