anonymous

"Payer du lait à moins de 350 euros, ce n'est pas sérieux"

Avec l'AFP

"Payer du lait à moins de 350 euros, ce n'est pas sérieux"

Le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume a reconnu devant des éleveurs que le prix du lait n'était pas à la mesure des attentes suscitées par la loi Alimentation, en dépit des accords passés par plusieurs industriels avec la grande distribution.

"Je vous le dis tranquillement, payer du lait à moins de 350 euros [les 1.000 litres], ce n'est pas sérieux. Il faut changer le système. Payer du lait à 325 ou 330, ça ne va pas. On a un objectif, c'est d'avoir notre autosuffisance alimentaire", a déclaré le ministre à des éleveurs laitiers, jeudi 2 mai, lors d'une visite gouvernementale en Charente où il accompagnait le Premier ministre Edouard Philippe.

Depuis quelques semaines, de nombreux accords ont été annoncés avec tambour et trompette entre la grande distribution et des industriels laitiers ou des coopératives, dans le but déclaré de mieux rémunérer les éleveurs.

Selon nos confrères de l'Éleveur Laitier, parmi les "gros du secteur", le groupe fromager Savencia (Elle-et-Vire, Saint Moret, Tartare, Caprice des Dieux, Saint Albray...) se positionne clairement un cran au-dessus en termes de prix payé aux producteurs au deuxième trimestre 2019, à 350,84 euros les 1.000 litres (+38 euros par rapport à 2018), quand les autres se situent autour de 334 euros.

"Il faut que demain les prix à la production remontent, il ne faut pas nous la faire à l'envers, il faut que tout le monde gagne sa vie", a insisté M. Guillaume. "On ne peut pas faire de grosses pubs dans le journal pour dire qu'on remonte un peu le prix du lait, et les autres (les éleveurs, NDLR) vous ne gagnez pas votre vie. Ce n'est pas possible", a tempêté le ministre aux côtés d'Édouard Philippe.

Le Premier ministre a quelque peu nuancé le propos gouvernemental, soulignant qu'"on ne parlait pas de petites transformations, mais de transformations profondes dans des circuits économiques complexes, dans un milieu où il y a de la concurrence", et que "donc ce n'était pas facile".

"Ceux qui se sont engagés il y a 17 mois à faire remonter les revenus des agriculteurs devront rendre des comptes", a toutefois prévenu M. Guillaume, qui a assuré que le gouvernement ne "lâcherait rien""Maintenant, il faut qu'on s'assure que les engagements côté État soient tenus et que les engagements des autres côtés de la table soient tenus", a conclu M. Philippe.

Sur le même sujet

Commentaires 13

Coeur

Quand y aura plus de lait en France, ils iront dans les pays de l'Est.

Et le consommateur (si il lit les étiquettes) achètera ce qu'il y aura (et sera très sûrement content de payer son litre de lait mois cher).

bon courage aux producteurs, mais c'est assez clair que de nos jours, il vaut mieux ne pas se lancer dans le lait (avenir très pessimiste).

philippe 02

Quel salarié est prêt à travailler 70 heures par semaine gratuitement pendant 2 ans et verser à son patron 100000 euros pendant cette période: c est la somme que j ai perdu en 2016 et 2017 pour produire 600000 litres de lait dans un système tout herbe.Résultat j ai jetai l éponge et je bronze au soleil (bien mérité).Mr le ministre ; ceux sont les Multi-national qui font la loi du marché et non vos belles paroles.Un seul exemple: SODIAAL avec son lait responsable payai soit disant 40 cts le litre aux laitiers (producteur de lait);en réalité c est la somme perçue aux producteurs (33 cts)plus la coopérative ( 17 cts);le compte n y ai pas. La mondialisation continuera à fermer des entreprises ; à importer des nouvelles maladies et à nous asphyxier l air à coup de kérosène (PARIS: un avion décolle tout les 20 secondes).L Etre humain détruit nos ressources planétaire au profit des actionnaires et nous n avons pas encore trouver de nouvelle planète viable à ce jour.Bon courage pour la future génération pour relever le défit.

N ON PAS

SUICIDE ASSURE COMMENT VOULEZ VOUS VIVRE TOUTE LA PAIE DE LAIT PARS POUR PAYER LES FACTURES ET ENCORE Y A PAS ASSEZ; sept jours sur sept au boulot lorsque le reste de la population profite du soleil. Pas pris de vacances depuis TRENTE ANS.

laitierdu80

Chez nous, tous le monde jette l'éponge. Nous ne sommes plus que 2 laitiers dans la commune contre 7 ou 8 il y a à peine une décennie. Les industriels s'en foutent. Ils pensent qu'ils trouveront toujours du lait à transformer à bon compte, ici ou ailleurs. Seul le consommateur pourrait influencer les choses en boycottant haut et fort les marques qui ne respectent pas leurs fournisseurs de matière première. D'autant que le lait ne représente généralement que peu dans la constitution du prix final payé en grande distribution (souvent autour de 10%). Il n'y a donc pas de lien direct entre pouvoir d'achat et prix payé aux producteurs.....

AGRI 22

prix payé chez laita au premier trimestre 2019,330 euros la tonne .Bon courage monsieur le ministre;on compte sur vous pour faire vivre les producteurs de lait et non pas continuer a distribuer notre chiffre d affaire comme on le fait depuis plusieurs années sans jamais le droit de faire un écart . Nous sommes tout simplement dans une forme d esclavage moderne

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires