anonymous

Coronavirus : le cri d’alarme des éleveurs de bovins viande

Adèle Magnard

Coronavirus : le cri d’alarme des éleveurs de bovins viande

Dans une lettre ouverte, la Fédération nationale bovine (FNB) demande au ministre de l’Agriculture d’instaurer, pendant toute la période d’état d’urgence sanitaire, un prix minimum payé aux éleveurs à hauteur de leur coût de production.

En réponse au « message d’encouragement et de reconnaissance » adressé par Didier Guillaume aux agriculteurs français le 18 mars dernier, la Fédération nationale bovine (FNB) lance en retour ce cri d’alarme : « en dépit de notre détermination, vous, comme les Français, ne pourrez malheureusement plus très longtemps, Monsieur le Ministre, "compter sur nous" », écrit la FNB dans une lettre ouverte le 29 mars.

La situation de confinement actuelle « exacerbe la précarité dans laquelle se trouvent les éleveurs », font-ils savoir. « Alors que la consommation de viandes bovines se tient, alors que les français veulent continuer à acheter nos produits, alors qu’avec la fermeture des collectivités et des restaurants, la grande distribution possède toutes les cartes en main pour tirer la production française vers le haut... le prix payé aux éleveurs reste beaucoup trop bas pour nous permettre de vivre de notre métier », alerte la FNB dans sa lettre ouverte.

Hausse d'un euro le kilo

La fédération, qui estime que ce prix payé est en moyenne inférieur de un euro au coût de production, demande au ministre d’instaurer, “pendant toute cette période d’état d’urgence sanitaire, pendant laquelle le poids de la grande distribution est encore renforcé et il est possible de déroger aux règles européennes, un prix minimum payé aux éleveurs à hauteur de notre coût de production”.

Les éleveurs ont fait le calcul : cette hausse d’un euro correspondrait à “une hausse théorique du prix consommateur de 15 centimes par steak”. Une hausse que les distributeurs ou les industriels “pourraient s’engager à prendre sur leur marge”, selon la FNB. “C’est comme cela qu’ils mèneraient, véritablement, la mission de « service public d’alimentation » qu’ils revendiquent auprès des citoyens, dans le contexte de crise que nous traversons !”

Publié par Adèle Magnard

Sur le même sujet

Commentaires 6

gerard lambert

bonjour a tous,dans leur grande timidité (ou grande incompétence),nos chers représentants quémandent quelques miettes qu ils n ont osées revendiquer toutes ces années...un bon éleveur étant un éleveur qui bosse et qui crève en silence.Ils connaissent tous les flux d import qui nous maintiennent la tete sous l eau depuis quelques annees apres quelques mois d embellie ou ils se sont entendus(2013), abattoirs coopératifs inclus,nos prix baissent tout autant que la production.ils ont cautionnés la loi egalim en sachant pertinemment qu elle serait aussi volatile que les bulles de champagne qu ils ingurgitent après chacunes de leurs petites messes….Leur verbiage ne dupe plus personne...

laurbio

Pourquoi pendant le confinement? Cela fait au moins 18 mois que les prix sont en dessous du prix de reviens….

PLANT6256

Il y a tellement peu d'opérateurs sur ce marché que les "Nababs " qui le dirigent ne souhaitant pas voir leurs marges diminuer , pressurant toujours plus le premier maillon de la chaine . Quand je me suis installé en 1986 une génisse Charolaise R+ était reglé 23 Frs et la même maintenant 3,65 € : problème !! Les GMS peuvent toujours faire de jolis discours au vu des évenements sanitaires du moment en louant le savoir faire des producteurs , mais ils font en sorte que les prix restent figés en important de la viande dés que le marché veut frémir à la hausse .
Alors oui la production va baisser puisque c'est la volonté de ces gens là , mais c'est aussi tout un savoir faire qui disparaitra . Merci pour cet enterrement de première classe .

laurent b.

effectivement le monsieur joue au petit garcon ca ne tient pas du tout la route .il faut tout simplement mon ptit monsieur arreter cette production .la demande augmentera peut etre et donc le prix .mais pas sur au vu des importations .

Pie 2013

Mais ou se base la FNB pour dire qu 'il manque 1E par kg de viande alors que le prix payé au Producteur se situe environ 40 -'45 ans en arrière .Messieurs de la FNB prenez vos calculettes" euros reconvertir en franc "ou demandés de l'aide auprès d'agricultrices qui tiennent les comptes.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires