Fin de l'exonération des charges pour les saisonniers: pommes et poires françaises menacées

Fin de l'exonération des charges pour les saisonniers: pommes et poires françaises menacées

La suppression de l'exonération des charges pour les travailleurs saisonniers prévue par le gouvernement dans son projet de loi de finances entraînerait la disparition des pommes et poires françaises, selon des producteurs, qui ont arraché deux hectares de pommiers vendredi dans l'Hérault.

"Ce serait la fin pure et simple des pommes et des poires en France, car il serait impossible de répercuter la hausse du coût de production", a plaidé auprès de l'AFP le président de l'Association nationale pommes poires (ANPP), qui représente quelque 1.300 producteurs. La suppression du dispositif TODE (travailleurs occasionnels, demandeurs d'emplois) d'allègement des charges, "en place sous une forme ou une autre depuis 1985", va entraîner une hausse de 2.500 euros du coût du travail saisonnier par hectare et par an, qui est déjà de 20.000 euros, a affirmé Josselin Saint-Raymond, lors de l'arrachage d'un verger de deux hectares, soit 6.000 arbres, à Mauguio.

"Or nous avons déjà le coût du travail saisonnier le plus élevé d'Europe, 27% plus cher qu'en Allemagne ou 37% plus cher qu'en Italie", a insisté le président de l'ANPP joint par téléphone par l'AFP, en soulignant que déjà deux tiers des fruits consommés en France sont importés. "Nous avons fait une simulation sur 50 exploitations, avec la suppression du dispositif TODE les 50 deviendraient déficitaires", a affirmé M. Saint-Raymond: "Ce sont donc 90.000 emplois saisonniers dans les vergers français qui sont menacés de disparition".

Selon des chiffres de la FNSEA, la fin de cette exonération concernerait au total 930.000 contrats de travailleurs saisonniers en France. Jeudi, le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, s'était engagé à proposer des "solutions concrètes" aux exploitations agricoles touchées par cette mesure, afin de compenser la fin de ce dispositif et préserver leur compétitivité.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 2

Piluge

Bruxelles est derrière cette braderie ,ne nous leurrons pas .L'Espagne autorise la venue d'ouvriers marocains ,en France pas possible ,es-ce bien ou pas ,je ne sais pas mais nous assistons au délabrement de nos industries ,de notre agriculture .

agrume856

ce gouvernement a t il des conseillers agricole ou écoute t il des intellos sortie des écoles il va tuer la production en relation avec mes collègues allemand et hollandais ils ont le chemin libre merci le 1 ministre …………...le soleil lui a bruler les neurones cette été

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires