Céréales : « une accumulation de nuages sur le commerce mondial » (FranceAgriMer)

Gauthier LEDRU

Céréales : « une accumulation de nuages sur le commerce mondial » (FranceAgriMer)

Lors du dernier conseil spécialisé pour la filière céréalière, FranceAgriMer a annoncé une hausse des exportations de 20.4% par rapport à la campagne 2016/2017.

La France retrouve les volumes de blé tendre qu’elle connaissait avant la désastreuse moisson de 2016. Cette campagne a permis à la France de retrouver une place à l’export. Le bilan fin de la campagne 2017/2018 est aujourd’hui estimé à 36.7 millions de tonnes selon les derniers chiffres publiés par FranceAgriMer. Les stocks à la ferme sont encore importants mais le retard accumulé à cause des grèves de la SNCF et du manque de transporteur routier, a été en partie rattrapé ou compensé.  

La moisson qui avance à grand pas dans de nombreux pays, confirme les inquiétudes liées à la sécheresse, notamment aux Etats unis en Ukraine et en Australie. La Russie est aussi sur le devant de la scène en terme de diminution de production, touchée par de mauvaises conditions climatiques au nord. L’Europe n’est pas épargnée. Et ce, malgré une faible avancée des récoltes qui laisse envisager une diminution des volumes, compensée par une hausse de la qualité tant en PS qu’en protéine. Les marchés ont répondu de manière significative à ces facteurs en faisant rebondir le prix à son plus haut niveau depuis 3 ans.

Peut-on envisager un retour de cycle pour le blé ? L’avancement de la campagne permettra de répondre à cette question. FranceAgriMer estime pour l’instant une diminution de production nationale à hauteur de 1.3%. Ce chiffre relativement faible comparé aux signaux émis ces dernières semaines s’explique par de fortes disparités entre les régions. On remarque également que les rendements n’ont pas diminué dans les plus petites terres grâce à une forte pluviométrie en mai et juin. L’orge conserve une tendance haussière, avec une demande confortable à l’export et des stocks de fin de campagne moins importants qu’il y a un an.

Guerre commerciale

Autre point d’attention du conseil spécialisé, la guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis, qui a été officiellement déclarée depuis le 6 juillet dernier. FranceAgriMer annonce déjà des conséquences sur les marchés. Des craintes sont à prévoir sur le soja, la Chine est en effet un importateur important et qui se fournissait par le passé majoritairement aux Etats-unis. La conséquence directe pour les agriculteurs américains, c’est le problème de débouchés pour le soja produit. La Chine devrait probablement se tourner vers d’autres fournisseurs tels que le Brésil ou l’Argentine. Il est donc envisageable que le Brésil devienne le principal acheteur du soja Américain pour couvrir ses besoins, mais surtout pour répondre à la demande chinoise, à la place des Etats-Unis. Ainsi, « la boucle serait bouclée » d’après Ludovic Pâris, délégué de FranceAgriMer pour la filière céréalière.

Etude variétale des céréales à paille (FranceAgriMer) :

Les surfaces de blé panifiables représentent 97% des emblavements. Coté variété c’est Fructidor qui prend la tête du classement suivi de Rubisko, Cellule et Boregar en 4ème position. Ces variétés offrent un rendement de très bon niveau mais surtout une teneur en protéine remarquable et de plus en plus appréciée sur le marché mondial. Rémi Haquin président du conseil spécialisé pour la filière céréale, a précisé que la qualité n’est pas seulement recherchée pour les blés panifiables mais aussi pour blés fourragers, « ça coute moins chère d’avoir des blés à forte teneur en protéine que de racheter du soja pour compléter sa ration ».  La part des mélanges variétaux représente 8% de la surface de blé.

La variété Etincel conserve la première place du podium en orge suivi de RGT Planet. A elles seules, ces deux variétés représentent 49.5 % de la surface nationale.

Sur le même sujet

Commentaires 1

digue3942

il s'agit de nuages fabriqués de toutes pièces par la mafia. et toujours rien de neuf sous le soleil..

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier