anonymous

Intrusions chez des agriculteurs : une "cellule spécifique" à la direction de la gendarmerie

Intrusions chez des agriculteurs : une "cellule spécifique" à la direction de la gendarmerie
Christophe Castaner a annoncé la mise en place d'une "cellule spécifique" pour lutter contre les intrusions chez les agriculteurs, mardi 5 novembre à l'Assemblée nationale.

Une "cellule spécifique" nommée "Déméter" a été mise en place "il y a trois semaines" à la Direction générale de la gendarmerie nationale pour "identifier et poursuivre" les auteurs d'intrusions ou d'agressions chez des agriculteurs, a annoncé Christophe Castaner mardi 5 novembre à l'Assemblée.

En plein examen du budget, le ministre de l'Intérieur était interpellé par la députée de l'Indre-et-Loire Sophie Auconie (UDI-Agir) sur "l'agribashing" et la "montée des intrusions et agressions dont sont victimes les agriculteurs". Les paysans, notamment les éleveurs, dénoncent régulièrement cette situation en pointant du doigt des militants antispécistes. "Vous soulevez un vrai problème. (...) Ces intrusions peuvent avoir un caractère extrêmement grave", a répondu M. Castaner.

"J'ai demandé à la Direction générale de la gendarmerie nationale de mettre en place une cellule spécifique pour gérer, identifier, poursuivre les auteurs de ces agressions". "Cette cellule s'appelle Déméter. Elle a été mise en place il y a trois semaines. Elle commence à monter en puissance", a-t-il ajouté, tout en distinguant ces intrusions ou agressions du "débat politique ou de la dénonciations de ce type d'agriculture sur lesquels je n'ai pas à me prononcer". 

"En plus, j'ai demandé aux services, en particulier au renseignement territorial, de considérer que la préparation de ces menaces d'invasion relève aussi de troubles importants à l'ordre public sur lesquels nous portons une attention particulière", a-t-il encore indiqué. "Si on pouvait éviter de réinventer des dispositifs qui existent déjà, je pense que ce serait pas mal", lui a rétorqué le député insoumis Ugo Bernalicis. "De mémoire, il y avait un dispositif qui s'appelle Vigi Agri que gèrent les gendarmes".

Des paysans ont manifesté le 22 octobre devant les préfectures pour dénoncer notamment leur ras-le-bol de l'"agribashing" et des intrusions dans leurs élevages de militants antispécistes, mais aussi plus largement leurs difficultés économiques.

Source Pleinchamp avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 5

Bouillon

Bonjour
Les Végans , les Anti -Fa , les féministes , les Blacks -Blocks : groupes sectaires fénéants ,drogués pour la plupart n'existent que par la violence et Greta Thunberg me fait penser à la poupée dans : " Chucky . Ces gens là , ne sont pas normaux , il faudrait les envoyer dans les champs , arracher les chardons et les ronces sans gants .

Laraison

Le système "médiatique en continu" d'endoctrinement est lancé et a un besoin vital d'image; bon courage car vous ne l'arrêterai pas.

dodo15

une cellule pour quoi faire? du moment que les tribunaux les gracient et mème condamne les agriculteurs qui portent plainte

Chable

Une cellule avec des barreaux : la voilà la solution

gege17

enfin une bonne nouvelle,face aux intégristes verts ,de tous poils qui violent nos batiments d'élevage en toute impunité .

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires