anonymous

Lancement d'un troisième plan de réduction, Ecophyto2+

Lancement d'un troisième plan de réduction, Ecophyto2+

Une consultation publique sur un nouveau plan destiné à réduire les pesticides en agriculture, a été ouverte mardi par le gouvernement, après l'échec des deux plans précédents, faute d'accompagnement suffisant des agriculteurs.

Avec pour objectif de réduire de 50% l'utilisation des produits phytopharmaceutiques d'ici 2025, ce plan, baptisé Ecophyto2+, prévoit notamment d'accélérer le retrait des substances les plus préoccupantes (dites CMR pour cancérogène, mutagène et reprotoxique), indique un communiqué commun des quatre ministères concernés Environnement, Santé, Agriculture et Recherche. Il prévoit d'accompagner les agriculteurs dans la transition, en lançant une "mutation profonde des systèmes de production agricole actuels" vers l'agroecologie, et de soutenir la recherche et l'innovation en analysant les risques et les impacts des produits lors d'exposition répétées à faibles doses et sur les effets dit "cocktail".

Il prévoit aussi de pérenniser le dispositif des Certificats d'économie de produits phytopharmaceutiques (CEPP), qui était jusqu'à présent en phase d'expérimentation, et de continuer d'encourager l'expérience pionnière de 3.000 fermes "Dephy", engagées depuis huit ans dans des pratiques économes en pesticides. Sur les herbicides à base de glyphosate, un centre de ressources des alternatives va être mis en place, sur la base des solutions techniques envisageables, culture par culture, pour se débarrasser des mauvaises herbes sans recours chimique. 

Le plan précise que "les principaux usages du glyphosate" doivent être interdits "d'ici trois ans au plus tard" et "d'ici cinq ans pour l'ensemble des usages". La consultation sur les 6 axes du plan est ouverte du 20 novembre au 10 décembre, accessible en ligne ( http://www.consultation-ecophyto2plus.gouv.fr/pourquoi-un-plan-ecophyto-ii-a12.html).Un budget de 71 millions d'euros devra être mobilisé chaque année pour ce 
plan. 

Diviser par deux l'utilisation

Le premier plan Ecophyto 1 avait été lancé en 2008 après le Grenelle de l'Environnement dans l'optique de réduire de 50% l'utilisation des phytos dans un délai de 10 ans. Sans avancée, il a été suivi d'un plan Ecophyto 2, en octobre 2015, confirmant l'objectif, mais qui a jusqu'à présent échoué lui aussi, selon les résultats du volume de doses utiles de produits phytopharmaceutiques utilisées en France, diffusés durant l'été. La France est au premier rang européen par la surface agricole utile (SAU) avec 28,72 millions d'hectares, devant l'Espagne (23,65 millions d'hectares), et l'Allemagne (16,70 millions d'hectares). 

Selon le dossier gouvernemental, la France est au deuxième rang européen de l'utilisation de substances actives de produits phytopharmaceutiques, avec 72.035 tonnes vendues, après l'Espagne (76.940 tonnes) et devant l'Italie (59.963 tonnes). En terme d'utilisation, la France est au 9e rang européen selon le nombre de kilo de substances actives vendues rapporté à l'hectare cultivé, avec 3,7 kg/hectares, derrière l'Espagne, l'Italie ou l'Allemagne.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 3

cash38

Oui, vive le bio et les derniers jugements de l’Europe sur ce qui est possible et interdit en bio dont toutes les variétés (en particulier de céréales) sélectionnées depuis 1950, considérées comme des OGM !!! et dont les interdictions de pesticides avec le sulfate de cuivre (stérilisant les terres) ! D'où le retour de vignobles bio vers l’agriculture raisonnable !!! A propos qui a demandé à l'Europe de juger sur la chose ? Pas mal d'associations et la conf... Si, si ! C'est un grand pas en arrière et le retour des théories staliniennes de Trofim Lyssenko qui a ruiné toute la génétique de l'Est (dénie des gènes et de l'ADN); on l'apprenait encore dans les années 1960 en prépa Agro !

fab

Pas la peine de financer le bio puisque plus de 70% des produits issu de l agriculture raisonnée ne contiennent aucune traces de produits phytos

viande

Encore du gaspillage d'argent, puis qu’avec les autres plans ont a eu du plus, et dire qu'il manque des millions pour financer les conversions et le maintien bio; alors faite court et financer le bio, c'est plus sûr pour la diminution des phytos.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires