anonymous

Paiements pour services environnementaux aux agriculteurs : c’est parti !

Sabine Huet

PSE - Paiement pous services environnementaux
Cogedis, l'expertise-comptable

Que peuvent les paiements pour services environnementaux (PSE) pour la planète et quelles opportunités représentent-ils pour les agriculteurs ?

Les PSE poursuivent l’objectif d’encourager les pratiques agricoles qui contribuent à lutter activement contre le réchauffement climatique, à protéger l’eau, les milieux, les sols et la biodiversité. Concrètement, les PSE récompensent en les rémunérant les agriculteurs qui auront mis en oeuvre des efforts vertueux au sein de leur exploitation. Le régime d’aide proposé par la France ayant récemment reçu l’accord de la Commission européenne, l’expérimentation des PSE, conduite par les agences de l’eau, s’apprête à se déployer sur l’ensemble du territoire.

Rémunérer pour protéger : l’émergence d’un concept

Les PSE sont le fruit de la prise de conscience internationale de la perte de la biodiversité. Cette prise de conscience s’est, dans les années 1990, concrétisée par l’idée de mettre en place des mécanismes pouvant prendre la forme de mesures économiques incitatives pour la préservation de la biodiversité. Il s’agit alors de réorienter le choix des acteurs économiques afin qu’ils adoptent des comportements plus vertueux. Le PSE prend racine dans ce contexte.

Publié en 2018, le « Plan biodiversité » du gouvernement proposait d’expérimenter les PSE au sein du monde agricole. Depuis, les Agences de l’eau, en France, ont commencé à expérimenter ce dispositif. Le récent accord de la Commission européenne, qui donne le sésame pour adresser des aides financières directes aux agriculteurs, ouvre la voie à un déploiement plus général du dispositif.

Qu’est-ce qui peut être considéré comme un service environnemental ?

Le concept de « service environnemental » fait référence à toute action humaine qui est favorable à la nature. La plantation d’arbres ou l’augmentation de ses capacités à stocker le carbone en sont des exemples. Le maintien des prairies permanentes, bénéfiques à la biodiversité, la réduction de l’usage des produits phytosanitaires ou l’installation d’infrastructures agroécologiques en sont d’autres : implanter des bandes enherbées ou des haies, créer des structures paysagères ou des mares, limiter l’usage d’engrais minéraux… de nombreuses actions, pouvant être menées par l’exploitant agricole, sont considérées comme des services environnementaux.

Rémunération : comment ça fonctionne ?

Le PSE est une démarche volontaire qui s’inscrit dans une logique bénéficiaire-payeur. Ces paiements incitatifs peuvent être versés par des acteurs privés tels que des entreprises, des associations, des propriétaires fonciers ou bien par des acteurs publics tels que les collectivités territoriales ou l’Etat. Depuis le feu vert de la Commission européenne, en faveur du déploiement des PSE au sein du monde agricole, les contours juridiques de la démarche seront bientôt précisés.

Parce qu’ils constituent une source de rémunération complémentaires et qu’ils engagent les exploitations dans des démarches vertueuses pour l’environnement, on peut conclure que les exploitants agricoles ont sans doute intérêt à s’intéresser de près au déploiement des PSE. Votre gestionnaire, qui suit ce sujet de très près, vous tiendra informé.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 29

Baba

Avec l'argent qu'il va falloir pour mettre nos hôpitaux à niveau, payer les médecins, les infirmières , les aides -soignantes etc , je pense que les budgets environnementaux et agricoles vont en faire les frais. Ils ne seront pas prioritaires par rapport à la santé ou à l'emploi.

l'utopiste

Tres surpris par votre réaction BAdlnpn ! J'espère que vous reviendrez sur votre décision car ,pour moi -et d'autres lecteurs sans doute - nos échanges pouvaient être positifs.
je maintiens toujours mon invitation et soyez rassuré,il n'y aura pas la "garde civile " pour vous recevoir .
A plus , donc .

badlnpn

Ce sera mon dernier commentaire dans Pleinchamp. L' utopiste , plutôt sympathique, rêve à améliorer le monde pour l' ensemble de ses contemporains. En reprenant l' ensemble de vos commentaires, vous vous surpassez comme illuminé, à la science infuse, partial, sans aucun doute un coreligionnaire de Joseph Bové. A l' école, une note moyenne me satisfaisait, mes professeurs beaucoup moins.

l'utopiste

Badlnpn ,puisque reprendre vos explications a l'air de vous géner,je reviens au terme complet .
Mais pouvez vous me préciser comment vous arrivez à survivre sans rien détruire autour de vous ?,surtout, quand comme vous,on ne se contente pas de "moyenne" ?
Toute vie ne peut exister et croitre sans les dépouilles de vies antérieures ( l'humus ) .
Vous me paraissez être bien mal car le moindre courant d'air vous irrite ...est ce du à la proximité de Paris Normandie ?
Je suis réceptif à tout visiteur et prêt à préciser davantage mes points de vue en montrant ce que cela a donné sur le terrain .D'ailleurs,il y a quelques années un ancien journaliste (Yves Garric ) a voulu tourner un film sur ma petite aventure terrienne et ,à ma déception; lors des nombreuses présentations avec débat ,je n'ai eu qu'une critique :mon opposition à l'agriculture industrielle et à la société de compétition .....

oxmo

@atome
Bien sûr que dans les bureaux ce sont des professionnels..................................des papiers.
Faut que tu arrêtes de dire tout et n'importe quoi en insinuant qu'on saurait mieux différencier les arbres à la DDA plutôt que chez les paysans, dis nous aussi que le coronavirus si il est si bien traité en France c'est grâce à notre administration omnipotente et pas grâce à nos docteurs qui n'y comprennent rien

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires