Mai, juin et juillet chauds et secs selon Météo-France

Selon les prévisions saisonnières de Météo-France, un scénario avec une température moyenne supérieure aux normales devrait dominer sur la majorité de la France. Côté précipitations, des conditions plus sèches que la normale sont les plus probables sur notre pays.

Les prévisions saisonnières ont pour objectif de déterminer le climat moyen sur les trois mois à venir, à l'échelle de grandes régions comme l’Europe de l’Ouest. Contrairement aux prévisions à échéance de quelques jours, l’information n’est pas ni détaillée ni chiffrée, mais présentée sous forme de prévisions qualitatives qui renseignent sur les grandes tendances (plus chaud ou plus froid, plus sec ou plus humide que la normale).

Les climatologues analysent les résultats de modèles numériques comparables à ceux utilisés pour réaliser les prévisions à court terme, mais intégrant la modélisation des océans. Dans certains cas, aucun scénario dominant ne se dégage : faute d’éléments probants susceptibles d'influencer le climat des prochains mois, il est impossible de privilégier une hypothèse.

La probabilité d’un scénario plus chaud que la normale est prédominant (Crédit : Météo-France)

Plus chaud et plus sec que la normale

Pour le trimestre mai-juin-juillet 2021, un scénario avec une température moyenne sur le trimestre supérieure aux normales devrait dominer sur la majorité de la France, selon Météo-France. Seules les régions proches du Nord-Ouest et la Manche ne verront aucun scénario se dégager. Pour les précipitations, des conditions plus sèches que la normale sont les plus probables sur notre pays. A noter que les prévisions saisonnières ne permettent pas de prévoir des canicules (pas plus que les vagues de froid) d'une durée de quelques jours à quelques semaines.

La probabilité d’un scénario plus sec que la normale est majoritaire (Crédit : Météo-France)

Quelle fiabilité ?

Les performances des prévisions saisonnières sont très variables selon le lieu, la saison et le paramètre météorologique concerné. Elles sont meilleures pour la température que pour les précipitations, et pour la température, meilleures en hiver qu'en été. Elles sont très informatives dans la ceinture inter-tropicale, sur le pourtour du Pacifique. En revanche, la prévisibilité de la température en Europe de l'Ouest, sans être nulle, reste faible, selon Météo-France. Ceci est dû aux caractéristiques de la circulation générale de l'atmosphère au-dessus de l'océan Atlantique aux latitudes tempérées.