France: le nombre d'exploitations agricoles baisse toujours, mais moins rapidement

France: le nombre d'exploitations agricoles baisse toujours, mais moins rapidement

Le nombre d'exploitations agricoles en France a continué à baisser entre 2010 et 2016, à un rythme annuel toutefois plus faible que lors de la décennie précédente, selon des statistiques officielles publiées mercredi.

La France métropolitaine comptait en 2016 un peu moins de 440.000 exploitations agricoles, soit 11% de moins que lors de leur dernier recensement en 2010, mais leur surface était supérieure, selon Agreste, le service statistique du ministère de l'Agriculture. Le recul du nombre d'exploitations agricoles entre 2010 et 2016 s'est cependant déroulé à un rythme ralenti par rapport à la décennie précédente: -1,9% par an contre -3% entre 2000 et 2010.

La baisse du nombre d'exploitations est plus marquée pour les filières d'élevage où elle atteint -15%, et notamment dans les élevages de bovins mixte lait et viande (-34%) ou en porcins et volailles (-26%). Les fermes combinant culture et élevage sont elles aussi de moins en moins nombreuses (-22%) alors que celles spécialisées en production végétale résistent mieux et représentent désormais une exploitation sur deux. 

Moins nombreuses, les exploitations s'agrandissent. En 2016, une exploitation agricole disposait en moyenne de 63 hectares, soit 7 hectares de plus qu'en 2010 et 20 de plus qu'en 2000. Les surfaces agricoles moyennes sont en hausse dans toutes les spécialisations et plus particulièrement dans les filières d'élevage.

Agrandissement régulier des structures

Les surfaces et les quantités de travail s'avèrent très variables selon les spécialisations. La moitié des exploitations valorise une superficie qui n'excède pas 36 hectares tandis qu'un quart en cultive plus de 93. Avec l'agrandissement régulier des structures, les très grandes exploitations (plus de 250.000 euros de production brute standard ou PBS) valorisent désormais 36% du territoire agricole et mobilisent 38% de la force de travail agricole. Quasi inexistantes dans les élevages de bovins viande (2%) ou d'ovins-caprins (1,2%), elles représentent plus de la moitié des exploitations spécialisées en porcins et volailles et près de deux exploitations sur dix, toutes productions confondues. 

A l'opposé, les petites exploitations (moins de 25.000 euros de PBS) rassemblent près d'un tiers des exploitations mais n'exploitent que 7% de la surface agricole utile (SAU) en mobilisant 12% du volume de travail agricole. Les petites exploitations restent majoritaires en cultures fruitières et en élevage ovin-caprin, mais se raréfient dans les élevages de bovins laitiers (3%) ou de porcins (4%).

L'agrandissement des exploitations s'est accompagné du développement des formes sociétaires comme les EARL ou les GAEC. En 2016, 36% des exploitations agricoles bénéficiaient d'un statut de société contre 30% en 2010. Elles exploitaient 64% de la SAU et mobilisaient 61% de la force de travail.

Source avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 6

digue3942

pourquoi on ne publie pas mon point de vue ??? êtes- vous à la botte de la fnsea ?

digue3942

ah, la photo est super ! qu'est-ce qu'elle va être d'ici peu ...... AFFREUSE. et c'est encore la faute du paysan.

Baba

Le modèle familial va mourrir, c'est sûr. C'est tout un pan de l'agriculture
française qui va disparaitre
.Les friches et la forêt augmentent leur surfaces.
La ruralité est laissée à l'abandon.Les 80km/h éloignent encore un peu plus
le monde paysan du milieu urbain. Le paysan est devenu un citoyen de seconde
zone. Sans intérêt pour le pays, il doit disparaitre au profit de méga structures
que nos bureaucrates mettent en place.

causse rouge

nous n avons encore rien vu. les fermes s agrandissent et le modèle familial se raréfie.qu adviendra t il dans un GAEC a 5 ou 6 avec des capitaux importants une forte charge de travail si tous les associés arrivent a la retraite a peu prés en mème temps.la crise agricole perdure il est fort probable qu il y aitdes grosses structures en région difficile qui ne soient pas reprises.la petite structure est le meilleur système et des économistes inconscients veulent l éradiquer!!!!

casse motte

2018 dans mon secteur la cessation soit en location ou vente c'est incroyablement accéléré

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires