anonymous

Soufre, glyphosate et prosulfocarbe : les trois matières actives les plus vendues en France

Adèle Magnard

Soufre, glyphosate et prosulfocarbe : les trois matières actives les plus vendues en France

Publié le 7 janvier, le rapport de suivi du plan Ecophyto fait le bilan de l’utilisation des produits phytosanitaires en France en 2018. L’année a vu une forte augmentation des ventes de substances actives pour des raisons à la fois climatiques et conjoncturelles. Elles reflètent aussi la hausse des surfaces converties en bio.

Les ministres de l’Agriculture, de l’Écologie, de la Santé et de la Recherche se sont réunis le 7 janvier pour faire le point sur le plan Ecophyto. Dix ans après le début de ce grand plan d’action national, dont le but est de réduire la « dépendance » de la France aux produits phytosanitaires, force est de constater son échec : l’utilisation des produits phytos continue d’augmenter. Selon les données publiées par le ministère de l’Agriculture, 85 876 tonnes de substances actives ont été vendues en 2018, soit une hausse de 21% par rapport à 2017. Les quantités destinées à des usages non agricoles, qui ont diminué de 30%, ne représentent que 1% de ce tonnage.

Dans un communiqué publié le même jour, l’Union des industries de la protection des plantes (qui représente 96% du marché français) annonçait de son côté un chiffre de 68 000 tonnes de matières actives vendues en 2018, et une hausse de 8% par rapport à 2017. Cette hausse est expliquée par le gouvernement et par l’UIPP à la fois par le contexte climatique de l’année 2018 (particulièrement propice aux maladies et ravageurs), par la hausse de la redevance pour pollutions diffuses au 1er janvier 2019 ayant pu conduire à des achats anticipés, et par l’augmentation des surfaces en agriculture biologique, entraînant une hausse des ventes de cuivre et de soufre.

Capture d’écran 2020-01-08 à 17.09.40

Forte hausse des ventes 

En 2018, le soufre représentait ainsi la principale substance active vendue en France (plus de 13 000 tonnes), suivi du glyphosate (près de 10 000 tonnes), du prosulfocarbe (près de 6 000 tonnes) et du mancozèbe (4 6000 tonnes). Ce dernier a vu ses ventes doubler entre 2017 et 2018. Elles avaient aussi doublé en 2014, par anticipation de la nouvelle taxation appliquée au 1er janvier 2015.

Capture d’écran 2020-01-08 à 17.09.51

Le NODU, indicateur principal

Pour suivre l’évolution de l’utilisation des produits phytosanitaires, le gouvernement utilise l’indicateur NODU, ou « nombre de doses unités ». Celui-ci rapporte la quantité vendue de chaque substance active à une « dose unité », c’est-à-dire « la dose maximale de cette substance active applicable lors d’un traitement « moyen » une année donnée », explique le ministère de l’Agriculture. Rapporté à la surface agricole utile française, il correspond au nombre de traitements appliqués à pleine dose sur une surface d’un hectare. En 2018, le NODU agricole correspondait ainsi à 6,5 traitements à pleine dose par hectare en moyenne sur la France. Il a augmenté de 25% en moyenne triennale par rapport à 2009-2011.

En 2018, les substances qui contribuaient le plus fortement au NODU en France sont le metsulfuron-méthyle (herbicide), la cyperméthrine (insecticide), le glyphosate (herbicide) et le tébuconazole (fongicide).

Capture d’écran 2020-01-08 à 17.10.08

La fin du glyphosate toujours prévue cette année

Afin d’accompagner les agriculteurs dans la réduction de l’usage des produits phytos, « près de 400 millions d’euros sont mobilisés chaque année, dont 200 millions d’euros dédiés à la conversion en agriculture biologique », rappelle le ministère de l’Agriculture. Ce montant augmentera à hauteur de 250 millions d’euros dès 2020, en lien avec l’augmentation de la redevance pour pollution diffuse, dont l’ensemble des recettes sera dédié à la transition agro écologique. Un appel à projets, d’un montant de 25 millions d’euros sera lancé en début d’année pour accompagner la viticulture, l’arboriculture et le maraîchage pour investir dans du matériel d’épandage performant. 

La sortie du glyphosate est toujours prévue pour la fin de l’année, « pour les usages pour lesquels des alternatives non chimiques existent, sans laisser les agriculteurs dans une impasse technique ou économique ». D’ici fin 2020, l’ANSES procédera au retrait d’autorisations de mise sur le marché des produits contenant du glyphosate, « dès lors que les usages présentent des alternatives non chimiques, acceptables sur le plan économique et pratique », fait savoir le ministère.

>>> Retrouvez notre dossier au long cours : Glyphosate : fin... et suite

Sur le même sujet

Commentaires 8

Marof

Il faudrait au moins que tu connaisses bien l'orthographe et la grammaire françaises ! Cela te permetrait au moins de comprendre les textes banals et puis avec de l’exercice et des efforts de comprendre les modes d'emploi des produits phytosanitaires et de ne pas faire de bêtise comme mettre la tête dans la cuve d'un pulvérisateur contenant de l'herbicide Monsanto contre les adventices du mais ! Puis evidemment de porter l'affaire devant les tribunaux contre le glyphosate de Monsanto souvenu financièrement par une escroquerie dévoilée dans la Charente libre qui a conduit les escrocs devant les tribunaux et le plaignant au carcan de l'gnominie !

cornemuse29

A retif, entre 2 maux je choisi le moins dangereux... certes si les systèmes culturaux n'évoluent pas, on sortira davantage les outils de désherbage mécanique mais avec des rotations plus longues, des solutions existent pour se passer du glyphosate. Par ailleurs, comparer le glyphosate avec le désherbage mécanique sur le seul paramètre carburant est un peu réducteur. Retirer le glyphosate dans l'eau brute avant de la rendre potable coûte également très cher à la société. sans parler du glyphosate que nous inhalons régulièrement et auquel les 5 et 10 m de ZNT décidés dernièrement n'y feront pas grand chose

Phil ozoff

Je pense qu il faut faire preuve d humilité dans ce metier.Donner des leçons sur la "coherence" des systèmes et sur je ne sais quoi qui tombe du ciel, tout ça m apparait exagéré , surtout quand si on a conscience d être en prise directe avec l economie mondialisée, le cycle des saisons , les "caprices" de la nature....Donc glyphosate , ou " pas glyphosate " ; bio ou conventionnel, On saura qui aura eu raison dans 10 ou 20 ans , ou peut-être jamais ou encore les 2 auront raison !
Que l on soit en conventionnel ou en Bio , prendre du recul avec les opinions tranchées , les beaux discours ,surtout restez humble et tolérant fait partie de notre metier d agriculteur!

Ehpotsirhc

A marof, avant de changer, tu devrais prendre des cours d' orthographe.

digue3942

à marof:il serait bon que dise le nom du collègue au quel tu t'adresses ;je ne me sens pas trop concerné par ta remarque,mais je ne me laisse pas dicter des pratiques par une société à la dérive qui ne sait plus quoi faire de son désaroi .

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires