anonymous

Trois tracteurs électriques au catalogue de Sabi Agri

Raphaël Lecocq

Laure et Alexandre Prévault Osmani, fondateurs de Sabi Agri
Sabi Agri

La start-up auvergnate décline son tracteur Alpo en trois modèles multi-commandes, multi-tâches et multi-cultures. Robotisable, l’Alpo voit sa puissance contenue à 50 ch, agroécologie oblige.

Levée de fonds

Accompagnée par la SAS Jeremie Innovation 2 (conseillée par Sofimac Régions), le fonds Capital Innovation (Crédit Agricole Centre France) et le business angel Armand Thiberge, fondateur de SendinBlue, Sabi Agri a levé 700 000 € en fonds propres pour accélérer son déploiement commercial. Cet apport fait levier supplémentaire sur plus d’un million d’aides et concours bancaires. La société fait partie des 14 grands prix récompensés lors de la 20ème édition du concours I-Lab organisé par le ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation.

Depuis leur lancement officiel à Tech  & Bio 2017, les tracteurs électriques Sabi Agri ont fait du chemin. Outre une levée de fonds (voir encadré), l’entreprise basée à Saint-Bauzire (Puy-de-Dôme) a étoffé son catalogue, en proposant pas moins de trois versions de son tracteur électrique léger Alpo. « La philosophie n’a pas varié », déclare Laure Prévault Osmani, l’épouse et associée du président-fondateur Alexandre Prévault Osmani. « Il s’agit moins de vendre un tracteur que de viser des niveaux de performances agronomiques et économiques, sur la base de l’analyse des besoins de nos clients. C’est ainsi que des sous-systèmes type prise de force ou centrale hydraulique peuvent apparaître superflus ». Des sous-systèmes que Sabi Agri propose néanmoins en option mais tout en limitant la puissance à 50 ch maxi, histoire de conserver légèreté, agilité et sobriété, tant énergétique que financière, le tout sans sacrifier l’efficacité et les fonctionnalités. « C’est l’une des vertus de la robotisation », poursuit la dirigeante. « En pulvérisation viticole par exemple, la technologie doit nous permettre de gagner en précision et de faire ainsi l’impasse sur la turbine, très énergivore ».

Trois tracteurs électriques au catalogue de Sabi Agri

Alpo Basic, à partir de 30 000 euros

Afin de répondre à toutes les attentes, Sabi Agri ne souhaite pas imposer la robotisation à marche forcée. Ses tracteurs Alpo sont proposés en version classique (opérateur embarqué), radiocommandée ou robotisée. Trois modèles figurent au catalogue. Equipé de deux roues motrices et de deux roues directrices, l’Alpo Basic repose sur un châssis de 2 m de long pour une largeur de voie variant entre 1 et 2 m, réservant une garde au sol de 55 cm. D’un poids minimum de 550 kg, il est animé par deux moteurs électriques (puissance de 25 ch, autonomie de 8 heures, charge en 2 heures). Il est capable de travailler en traction ou en propulsion grâce à son siège pivotant et dans des pentes jusqu’à 30 %, dans une plage de vitesse comprise entre 150 m/h et 12 km/h et dans trois zones distinctes : à l’arrière (relevage de 450 kg), à l’avant (relevage de 250 kg) et entre les essieux. Dédié au maraîchage, aux cultures spécialisées et aux grandes cultures, il assure la préparation de sol (cultivateur, cover-crop, cultirateau) l’implantation (semoir, planteuse), l’entretien (bineuse, broyeur, gyrobroyeur, épandeur, pulvérisateur) ou encore le transport (lève-palette, remorque, benne trois points).

Trois tracteurs électriques au catalogue de Sabi Agri

Alpo 4X4, tous terrains, toutes cultures

L’Alpo 4X4 est la déclinaison 4 roues motrices de l’Alpo Basic, rallongé de 40 cm, pour un poids de 800 kg. Ses quatre moteurs électriques (50 ch) assurent sa motricité dans des pentes à 40 %. En plus du maraîchage, des cultures spécialisées et des grandes cultures, l’Alpo 4X4 vise la viticulture et l’arboriculture pour travailler le sol (entre et sur le rang), pulvériser, tailler ou encore manutentionner. L’Alpo 4X4 est proposé à partir de 50 000 euros.

Trois tracteurs électriques au catalogue de Sabi Agri

Alpo Enjambeur, à partir de 60 000 euros

En vignes étroites (1 m minimum), Sabi Agri propose l’Alpo Enjambeur. Son châssis d’un poids de 950 kg et d’une longueur de 2,80 m est capable d’enjamber une végétation haute de 2,15 m, Ses quatre roues motrices dont deux directrices sont animées par quatre moteurs électriques délivrant une puissance totale de 50 ch (autonomie de 8 heures, charge en 2 heures). Il est doté d’un relevage arrière d’une capacité de 200 kg et d’un relevage central de 150 kg. La gamme d’outils attelé permet de couvrir l’essentiel des opérations culturales de la vigne, au sol (entre et sur le rang) et en végétation (pulvérisation, rognage). L’Alpo Enjambeur est proposé à partir de 60 000 euros.

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier