J-3 avant la nouvelle loterie protéines

Le Plan de relance remet une pièce de 20 millions d’euros dans les machines à sous...tendre la production de graines riches en protéines. Ouverture de la loterie lundi 17 mai à 14 heures. Pour les malchanceux, rattrapage possible avec l’enveloppe destinée aux aléas climatiques, moins aléatoire.

Après le succès du premier dispositif de 20 millions d’euros soutenant l’investissement dans des matériels destinés à produire des espèces riches en protéines, le ministère de l’Agriculture a décidé de reconduire le dispositif. Si la liste de matériels éligibles s’est quelque peu allégée, ses modalités restent les mêmes, à commencer par le montant (20 millions d’euros) et le principe du « premier arrivé, premier servi », sur le site de téléprocédure de FranceAgriMer.

Nul doute que ce qui s’apparente à une loterie va de nouveau générer des frustrations, comme l’a déjà anticipé le ministère en évoquant la mise en place ultérieure d’une troisième enveloppe, mais sous forme d’appel à projet pour cibler davantage les aides.

A ce rythme, on ne va pas tarder à atteindre le montant des aides couplées allouées aux plantes riches en protéines, qui atteignent 134,7 millions d’euros pour 2021, dont 47,17 millions d’euros pour les protéagineux et 5,35 millions d’euros pour le soja, le solde servant la production de fourrages riches en protéines, déshydratés ou non, ainsi que de semences de légumineuses fourragères.

Les protéines accros aux loteries

De là à penser qu’il serait beaucoup plus efficient (et moins frustrant) de renforcer le régime protéiné des aides couplées végétales... Encore que. Ces dernières relèvent aussi en partie de la loterie, les « gagnants » se partageant les « gains » sur la base des surfaces emblavées, une donnée connue a posteriori. C’est ainsi que l’aide aux protéagineux est passée de 187 €/ha en 2019 à 149 €/ha en 2020, la prime soja étant passée de 33,7 €/ha à 29,6 €/ha. Le tout explique peut-être pourquoi les plans protéines successifs sont « plan-plan ». Quel dommage que l’on ne soit pas en pleine révision de la Pac et que cette même Pac ménage peu de place à la subsidiarité.

A défaut d’émarger au volet protéines, le guichet concernant les aides allouées aux matériels permettant de parer aux aléas climatiques reste ouvert. Suite aux épisodes de gel d’avril, la mise a même été doublée avec 70 millions d’euros supplémentaires, avec une efficience variable selon l’adversité des aléas.

Aides aux matériels de culture, de récolte et de séchage des espèces riches en protéines :

- le montant minimal des dépenses par demande est fixé à 1.000 € HT et le plafond de dépenses éligibles à 40.000 € HT (150.000 € pour les Cuma).

- le taux d’aide est de 40% pour l’ensemble des matériels éligibles.

- le taux d’aide est majoré de 10 points pour les jeunes agriculteurs, les nouveaux installés et les Cuma.

- les matériels éligibles : coupe flex à vis sans fin, coupe flexible et/ou à tapis pour moissonneuse batteuse, poupes russes pour tournesol, équipements de coupe de type coupe Moresil, extension de coupes pour colza, matériel de tri, matériel de trituration dont presses, plateaux de coupes à tournesol avec rabatteurs, rallonges de coupes, toaster mobile, toaster, trieurs, unité de triage des semences de protéagineux, semoir de précision pneumatique pour semis de soja.

Coupe à tapis éligible au guichet protéines

Aides aux matériels de protection contre les aléas climatiques :

- le montant minimal des dépenses par demande est fixé à 2.000 € HT et le plafond de dépenses éligibles à 40.000 € HT (300.000 € pour les Cuma).

- le taux d’aide est de 30% pour l’ensemble des matériels éligibles.

- le taux d’aide est majoré de 10 points pour les jeunes agriculteurs, les nouveaux installés et les Cuma.

- gel : bâches anti-gel, brûleur à gaz avec turbine, convecteurs à air chaud, capteurs gle Weenat, éoliennes mobiles, tours à vent fixes ou mobiles, fils de palissage chauffants, matériel d’aspersion et de micro-aspersion antigel, systèmes d’alerte, haies naturelles brise vent, thermonébulisateurs tractés, toiles, bâches et tunnels d’hivernage...

- grêle : capteur Skydetect, filets paragrêle, grillage de protection sous vitrage pour la protection contre les chutes de verre brisé, radars de détection des cellules orageuses, verres trempés.

- sécheresse : appareils de mesure, asperseurs basse pression, système d’automatisation, compteurs communicants, dispositifs de stockage et de traitement des eaux de pluie, équipements d’ombrage, goutte à goutte, impluvium, matériels de micro-irrigation et de ferti-irrigation, nécessaires pour retenues d’eau, pivots et rampes de précision ou basse pression, sondes, télégestion d’irrigation etc.

- vent : systèmes d’haubanage (Outre-mer).

Filets anti-grêle éligibles au volets aléas climatiques