anonymous

Changez de slip, changez de pratiques

Raphaël Lecocq

Changez de slip, changez de pratiques

A Tech & Bio, les slips fleurissent sur les stands pendant que d’autres nourrissent les micro-organismes du sol. Folklorique ? Pas du tout. Scientifique ? Un peu. Agronomique ? Beaucoup. Pédagogique ? A la folie !

Marion Casagrande, chargée de mission agronomie et systèmes à l’Institut technique de l’agriculture biologique (Itab)

Un peu culotté, mais pas « cucul » pour autant. La preuve ? Le test du slip, c’est une agronome qui nous en parle le mieux. « Un slip, c’est du coton, donc de la matière organique », déclare Marion Casagrande, chargée de mission agronomie et systèmes à l’Institut technique de l’agriculture biologique (Itab). « Enterrer un slip, c’est le moyen de jauger le degré d’activité biologique d’une parcelle. Dans un test réalisé en laboratoire, l’échantillon est placé dans les conditions idéales maximisant l’activité biologique. Avec le test du slip, on est en conditions réelles ». Et pour le prix d’une analyse, vous pouvez faire dans la dentelle...

Un sujet défloré

Le test du slip est en fait une déclinaison du « litter bag » (sachet de litières) ou encore du sachet de thé. Il existe en effet un protocole international permettant de jauger et de comparer l’activité biologique du sol à partir d’un sachet de thé conditionné dans un sachet en nylon. « Le sachet en nylon est épargné par les micro-organismes du sol, qui vont se charger de boulotter son contenu », précise l'agronome. « Le test renseigne de l’activité biologique, de son intensité et de sa dynamique. L’avantage du test au sachet de thé, c’est qu’il est très précisément normé, ce qui n’est pas le cas du slip ». Et oui, des slips, il y en a de toutes les tailles. Et de toutes les couleurs.

Changez de slip, changez de pratiques

Des sous-vêtements pour ne pas dépenser des sous bêtement

Le slip a cependant un avantage, parmi d’autres : il a une forte valeur démonstrative. De plus en plus de conseillers y ont recours pour sensibiliser les agriculteurs à la biologie des sols. « Au bout de trois mois, on sait assez vite ce qui se passe », souligne Marion Casagrande. « Il est conseillé de procéder au test pendant les phases actives de minéralisation, c’est à dire à l’automne et au printemps ».

Pour quels enseignements pratiques ? « Comparer des couverts, comparer des techniques de travail du sol sur des bandes test », argumente l'agronome. « Une bonne activité biologique, c’est moins d’intrants ». Le test du slip ou des sous-vêtements pour ne pas dépenser des sous bêtement. Dernière précaution : mettez-y l’élastique, même détendu. Si les micro-organismes sont goulus, c’est tout ce qu’il restera et qui laissera des traces.

Sur le même sujet

Commentaires 2

Baba

Etre ingénieure à l'ITAB (donc bien payée par nos impôts) pour dire ce que tous les agris savent par expérience, c'est nul !! On dirait qu'elle a découvert l'eau chaude.
J'ai l'impression qu'elle n'a rien......
Ce qui est certain , c'est qu'elle a beaucoup à apprendre.

digue3942

avons-nous le revenu du travail pour acheter un nouveau slip ?????

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier