anonymous

HVE : le nombre d’exploitations certifiées multiplié par trois en un an

Adèle Magnard

HVE : le nombre d’exploitations certifiées multiplié par trois en un an

Le nombre d’exploitations certifiées HVE a plus que triplé en un an. Une preuve de l’engagement des filières agricoles et une dynamique qui, si elle se confirme, permettra d’atteindre rapidement l’objectif gouvernemental des 50 000 exploitations certifiées.

Dans un communiqué de presse diffusé pendant le Salon de l’Agriculture, le ministère de l’Agriculture s’est félicité de l’augmentation du nombre d’exploitations certifiées Haute valeur environnementale (HVE) en France. Au 1er janvier 2020, 5 399 exploitations étaient certifiées HVE, contre 2 272 au 1er juillet 2019 et 1 518 au 1er janvier 2019. Une progression qui “confirme l’engouement pour le dispositif et la volonté des agriculteurs de s’inscrire dans la transition agroécologique”, indique le ministère.

hve_chiffres_france_2020

La viticulture représente 84% des exploitations certifiées HVE avec 4 532 domaines, un nombre multiplié par 2,4 en six mois. L’arboriculture est la deuxième filière engagée en nombre d'exploitations (391), suivie des grandes cultures (262 exploitations) et du maraîchage (132 exploitations). Les exploitations à dominante d’élevage ne représentent pour l’instant que moins de 3% des certifications.

Avec son plan "Biodiversité", le gouvernement s’est fixé l’objectif d’atteindre 15 000 exploitations certifiées HVE en 2022, puis 50 000 en 2030. Un objectif qui pourrait être atteint bien plus tôt si la dynamique actuelle de certification se poursuit. Mais si le logo HVE commence à fleurir sur les produits vendus en magasin, il risque pour l’instant d’être noyé dans la myriade de logos déjà existants. “On attend vraiment un coup de pouce de l’État pour nous accompagner dans la communication autour de la HVE”, indique Pierre-Yves Jestin, président de la coopérative Savéol, dans laquelle 90% des maraîchers en tomates sont déjà certifiés HVE, et qui s’engage à certifier l’ensemble de ses exploitations.

IMG_6694

Les filières, coopératives ou associations de producteurs sont de plus en plus nombreux à annoncer leur adhésion à la démarche de certification HVE. Ainsi ces derniers mois ont été le théâtre de plusieurs annonces, parmi lesquelles l’AOP pommes du Limousin qui vise 100% de ses exploitations certifiées HVE à l’horizon 2021 ; l’Association générale des producteurs de maïs (AGPM) qui vise l’objectif de 10 000 exploitations maïsicoles certifiées à horizon 2025 ; ou encore les vignerons coopérateurs qui ont pour ambition de compter 50% de leurs adhérents certifiés HVE ou bio dans les cinq prochaines années.

Sur le même sujet

Commentaires 11

Gribouille

Certes baba mais ces dites entreprises profitent de cette aubaine au lieu de nous aider à contrer les détracteurs.
Elles jouent un double jeu; c'est grâce aux bénéfices faits sur notre dos qu'elles peuvent investir ailleurs.
Nos coops ont des billes dans celles-ci mais jamais nous ne voyons la ristourne des bénéfices. De plus leurs dirigeants ont des salaires de pachas.
Nous ne pouvons oublier l'importation dans notre dos d'huile de palme . Il en va de même des ets soufflet qpui font des malteries à l'est

Panurge79

On peut superposer la carte des zones orange avec celle des régions viticoles...

Baba

D'accord avec GEGE, Mais que ce soit, UNIGRAINS, SOFIPROTEOL, OU LIMAGRAIN toutes nos sociétés ou coopératives qui font de la recherche en matière de semences n'ont plus le choix. Elles ont externalisé une grande partie de la recherche et des emplois qualifiés à l'extérieur de la France. Pourquoi ? Parce que les lobbies écolos, les faucheurs d'essais OGM ou pas + l'agribashing des médias qui s'en est suivi nous ont mené là ! La psychose et le principe de précaution utilisé à outrance font qu'on ne ne plus rien expérimenter en France,que Nos chercheurs formés en France avec l'argent public de nos impôts l'ont quitté pour travailler soit aux USA, en Nouvelle Zélande, Australie Chine ou Russie . Des pays qui profitent de notre savoir-faire pour pas un rond, puisqu'on a exilé nos chercheurs.

PAVOT4346

Tout ceci avec la benediction de nos CA qui, sous pretexte d'aider la profession ,ne sont que parasites qui se gavent sur notre dos .

Gege

Dire que le ssyndicalisme fait la promotion de cela
C est un cache misere pour acheter le silence des gens
Cest ceux qui n'en ont pas besoin qui ont le temps pour là paperasse
En revanche la traîtrise vient de nos rangs, regardez unigrains et sofiproteol investissent d0ans la production de semence en russie. Le transfert de savoir faire se retourne contre nous avec notre argent

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires