Série : la mécanisation à charge

En France, les charges de mécanisation représentent entre 30 et 50% des coûts de production, avec une variabilité pouvant varier du simple au double entre deux exploitations comparables. Qui plus est, les charges suivent un mouvement haussier continu, sous l’effet des restructurations des exploitations, des mutations technologiques et des transitions écologique et climatique. Une mission du Conseil général de l’agriculture, de l’alimentation et des espaces ruraux (CGAAER) pointe un écosystème particulièrement bien huilé en face duquel le conseil et les outils objectifs d’aide à la décision d’investir brillent par leur absence. La mission appelle l’État à se réapproprier le caractère stratégique de ce secteur et à le réinscrire au cœur de la transformation de notre agriculture et de la recherche, au service d'une plus grande performance économique et environnementale. Elle prône par ailleurs la création d’une Comité de filière pour briser le cloisonnement à l’œuvre entre les différents acteurs de la filière.

Charges de mécanisation (1/5) : la banque, l’État, le conseil, le concessionnaire et moi

Une étude commanditée par le ministère de l’Agriculture décrypte la logique d’investissement dans les agroéquipements. Elle formule plusieurs recommandations parmi lesquelles l’élaboration d’un conseil global et stratégique. Lire l'article.

L’étude du CGAAER sur les charges de mécanisation met en lumière un certain nombre de pannes (Crédit photo : R. Lecocq)
L’étude du CGAAER sur les charges de mécanisation met en lumière un certain nombre de pannes (Crédit photo : R. Lecocq)

Charges de mécanisation (2/5) : des céréaliers réactifs à la conjoncture

Les charges de mécanisation des céréaliers sont alignées sur la profitabilité et ne sont pas déconnectées de celles de nos voisins européens. La tendance à la délégation s’accentue. Lire l'article.

L’investissement fait office de variable d’ajustement de la charge fiscale au gré de la conjoncture (Crédit photo : R. Lecocq)

Charges de mécanisation (3/5) : en élevage bovin, le risque de la dispersion

Le niveau des charges de mécanisation des exploitations bovines est élevé et croit avec leur taille, avec une forte variabilité. La juxtaposition de plusieurs ateliers de production crée potentiellement des surcharges. Lire l'article.

En élevage, la juxtaposition de plusieurs ateliers de production crée potentiellement des surcharges de mécanisation (Crédit photo : R. Lecocq)
En élevage, la juxtaposition de plusieurs ateliers de production crée potentiellement des surcharges de mécanisation (Crédit photo : R. Lecocq)